La Parenthèse - Le projet Bleiberg t1. Les fantômes du passé
Accueil Nous contacter Infos pratiques Rechercher

Quelques mots sur l'ouvrage :

 

Depuis des décennies, une mystérieuse organisation met en tout en oeuvre afin de créer un nouvel ordre mondial. Son premier allié, dans les années 1920 : Hitler, à qui elle a promis, en échange de contreparties, d'énormes moyens afin d'accéder au pouvoir... Depuis, venue des heures les plus sombres de l'Histoire, une terrible machination s'est mise en marche, menaçant l'humanité tout entière. N'est-il pas déjà trop tard pour l'arrêter ? Un thriller haletant mené tambour battant par le scénariste de La Quête de l'oiseau du temps, d'après le roman choc de Khara, best-seller dans les librairies.

 

Quelques mots sur les auteurs :

 

Né à Vincennes en 1946, Serge Le Tendre s'inscrit, à sa majorité, à l'université de sa ville natale pour y suivre les cours de bande dessinée donnés par Jean-Claude Mézières, Jean Giraud et Claude Moliterni. Il y côtoie André Juillard et Régis Loisel. Au métier de dessinateur, il préfère rapidement celui de scénariste. Dès 1974, il conçoit de courtes histoires pour les magazines ‘Pilote' et ‘Tousse-Bourin' avec Dominique Hé, Annie Goetzinger et Michel Rouge au dessin. En 1975, dans le magazine de luxe ‘Imagine', que dirige Rodolphe, il inaugure sa désormais fameuse "Quête de l'oiseau du temps", mise en images par Loisel. À partir de 1977, il collabore avec les périodiques ‘Fluide glacial‘, ‘Métal hurlant‘, ‘Fripounet‘, ‘Je bouquine‘, ‘I Love English‘, ‘Circus‘ et scénarise, notamment pour Max Cabanes, Fabien Lacaf, Michel Blanc-Dumont. En 1982, avec Loisel, il relance "La Quête de l'oiseau du temps" dans la revue ‘Charlie Mensuel' et en albums chez Dargaud. En 1984, il coécrit "Jérôme K. Jérôme Bloche" avec Makyo pour le journal ‘Spirou' et les éditions Dupuis (dessin Alain Dodier). En 1985, il crée "Les errances de Julius Antoine" (dessin Christian Rossi, Albin Michel). En 1989, il invente "Les voyages de Takuan" (dessin Emiliano Simeoni puis TaDuc, Delcourt). En 1991, il co-scénarise "Pour l'amour de l'art" avec Pascale Rey (dessin Béhé puis Jean-Pierre Danard et François Pierre, Dargaud) et, en 1993, "Labyrinthes" avec Diéter (dessin Jean-Denis Pendanx, Glénat). On lui doit en outre le premier « western bol de riz » "Chinaman" (dessin Taduc, Dupuis), "La gloire d'Héra" suivie de "Tirésias" (dessin Christian Rossi, Dargaud), "L'histoire de Siloë" (dessin Servain, Delcourt). Au nombre de ses one shots, on citera "Edmond et Crustave" (dessin Christian Rossi, Futuropolis-Gallimard) et "L'Oiseau noir" (dessin Jean-Paul Dethorey, Dupuis). Avec son ami dans la vie et complice en BD Rodolphe, Serge Le Tendre est par ailleurs le coscénariste du fameux cycle de "Taï-Dor" (dessin Jean-Luc Serrano, Vents d'ouest), de l'album "La Dernière Lune" (dessin Antonio Parras, Le Lombard) et du diptyque "Mister George" (avec Rodolphe et Hugues Labiano), dans la collection "Signé" du Lombard. Avec Franck Biancarelli au dessin, il écrit "Le livre des destins" (Soleil) et adapte l'ouvrage de Jean-Pierre Guéno "Paroles d'étoiles" (Soleil), un recueil de témoignages d'enfants juifs cachés durant la Seconde Guerre mondiale. En 2013, il lance une nouvelle trilogie "Griffe Blanche" (Dargaud), avec TaDuc au dessin. Il écrit aussi "Bye bye love" premier tome de la série"Le paradis sur Terre", chez 12bis, avec Laurent Gnoni. En 2014 sort le premier épisode des "Vestiges de l'aube" (Dargaud), une adaptation du roman de son ami David S. Khara, dessinée par Frédéric Peynet. Le second opus du diptyque paraît en 2015. Serge Le Tendre signera, pour le même éditeur et avec les mêmes coauteurs, "Le projet Bleiberg", à paraître en 2016. Serge Le Tendre – dont tous les grands festivals ont primé l'inventivité – figure parmi les prestigieuses signatures de la bande dessinée de ces vingt dernières années.

 

Né en 1977 à Saint-Rémy, Frédéric est étudiant pendant trois ans à l'école d'arts appliqués Pivaut, à Nantes, en section de graphisme publicitaire. En 1997, il rencontre Isabelle Plongeon, scénariste, avec laquelle il signe ses deux premières séries, "Les Apatrides" (2000, Pointe noire) et "Toran" (2001-2003, Nucléa). La même année, il se lie d'amitié avec Jean-Charles Gaudin avec lequel il travaillera par la suite sur "Le Feul" (2005-2009) puis "Phoenix" (2010-2013), édités chez Soleil. Frédéric participe également à plusieurs collectifs pour les éditions Soleil, tels que "Les contes du Korrigan" (tomes 1 à 3, 2002-2003), "Les chansons de Gainsbourg" (2006), "Polnareff" (2007), "Hanté" (2008) ou "Prométhée" (tome 5, 2012). En 2013, il collabore avec Serge Le Tendre à l'adaptation en bande dessinée du roman de David S. Khara "Les vestiges de l'aube", dont le premier tome voit le jour chez Dargaud en 2014. Le second est sorti en 2015. Il signera, pour le même éditeur et avec les mêmes coauteurs, "Le projet Bleiberg", à paraître en 2016.

 

Né en 1969 à Bourges, David S. Khara vit en Bretagne depuis les années 1980 – période à partir de laquelle il découvre, au lycée Émile-Zola de Rennes, les grands classiques de la littérature. Après des études de droit et un passage dans le notariat, il devient journaliste à l'AFP, puis concepteur-rédacteur publicitaire au sein du groupe RSCG. En 1993, il fonde son entreprise de communication dans laquelle il travaille seize ans avant de se retirer, en 2009, pour devenir écrivain "à temps plein". Fait rare, il connaît un succès immédiat en signant "Le Projet Bleiberg" (Critic, 2010), premier volume d'une trilogie. En 2014 sort le premier tome des "Vestiges de l'aube" (Dargaud) en bande dessinée, une adaptation de son roman par Serge Le Tendre, illustrée par Frédéric Peynet. Le second et dernier tome est paru en 2015. En 2016, une adaptation du "Projet Bleiberg" voit le jour, toujours avec Peynet et Le Tendre.

 

Le projet Bleiberg t1. Les fantômes du passé, Le Tendre, Khara et Peynet, Dargaud, 64 pages, 13,99 €

logo livre